Patricia Allio


Artiste pluri-disciplinaire, elle écrit, met en scène, performe et réalise des films.

Depuis Sx.rx.Rx, sa première pièce créée en 2004 mettant en scène des écrits bruts jusqu'à Autoportrait à sa grand-mère, sa dernière, créée en 2018, toutes deux présentées à la Fondation Cartier – elle met la marge au centre, interroge nos constructions identitaires, pour en faire ressortir leurs virtualités mutantes et liantes.

Lauréate de la Villa Médicis hors-les-murs elle part en 2006 à New-York où elle conçoit un projet européen de mise en scène autour de Kathy Acker. Ce sera la performance Life is but a dream créée à la Fondation Cartier en 2007, puis le spectacle life is but a dream I présenté à Paris, en Italie et à Montréal, et enfin, Le sang des rêves, créé à Modène, puis au TNB, dans le cadre du Festival Mettre en Scène / Programme européen Prospéro.

En 2008 elle adapte pour la scène la conférence queer Habiter, puis s’associe à Eléonore Weber autour du manifeste « Symptôme et Proposition ». Prélevant des échantillons du réel, elles écrivent autour de cas limites. Pour la scène ou les Musées, elles ont conçu en 2008 Un inconvénient mineur sur l’échelle des valeurs, à la Grande Halle de la Villette ; en 2011, Premier Monde, projet franco-mexicain à la Grande Halle de la Villette ; en 2012, Prim’Holstein, au Centre Pompidou, dans le cadre du Festival Hors Pistes, et Fin de l’origine du monde aux Subsistances; en 2014, Natural Beauty Museumau Centre Pompidou, dans le cadre du Festival d’Automne ; en 2016, Contre Nature, performance in situ au Museum d’Histoire Naturelle du Havre. Pour le cinéma, elles ont co-écrit Night Replay, film documentaire pour ARTE, tourné au Mexique avec la communauté hñähñú d’Alberto.

En 2019 Patricia Allio réalise son premier film, Reconstitution d’une scène de chasse, avec le soutien du GREC, qui a obtenu le prix du meilleur montage au Festival La Cabina à Valence en Espagne. Depuis 2020 elle travaille à l’écriture et la réalisation d’un long métrage Brûler pour briller à Saint Jean-du-Doigt, où elle anime depuis 2016 les rencontres pluri-disciplinaires de ICE autour des minorités sexuelles, politiques et linguistiques.

A l’automne 2021, elle créera Dispak Dispac’h au Théâtre de Lorient. Pour cette pièce, Elle s’inspire de la session sur la violation des droits des personnes migrantes et réfugiées, organisée par le Tribunal Permanent des Peuples, une instance qui croise une démarche juridique et militante à une forme théâtrale. Sur scène, une actrice, un danseur et des témoins de la société civile nous éclairent sur le (dys)fonctionnement des politiques migratoires européennes.

Elle est actuellement artiste associée au TNB.

Nous contacter
S’inscrire à la newsletter

C.A.M.P est une structure culturelle et artistique nomade basée au pays de Lorient (Bretagne)


Le bureau  de l’association est composé de : 
Micheline Lesquivit, Présidente
Nathalie Nilias, Trésorière
Nathalie Decours, Secrétaire

Les activités de C.A.M.P sont imaginées et coordonnées par Amélie-Anne Chapelain

Identité visuelle : Xavier Perrillat

C.A.M.P reçoit le soutien de la DRAC Bretagne, de la Région Bretagne, du Conseil Départemental du Morbihan, de la Ville de Port-Louis & de la Ville de Locmiquélic